LA FIFA a écouté les protagonistes de la crise ivoirienne

LA FIFA a écouté les protagonistes de la crise ivoirienne
Après avoir entendu la FIF et les clubs, l'émissaire de la FIFA (au centre) a fait une annonce à la presse.

Née de l’élimination des Eléphants pour le Mondial 2018, la crise qui secoue la sphère du football ivoirien va en s’amplifiant. Les deux parties en conflit se livrent à une passe d’armes sans merci. Du coup, la FIFA a dépêché un émissaire en terre d’Eburnie pour prendre la mesure de la situation.

Si la Ligue1 et la Ligue2 observent, depuis peu,  une pause en raison du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) qui débute, demain, au Maroc, la sphère du football ivoirien, soumise à une violente crise, reste bien agitée. Remonté contre la gestion du président Sidy Diallo et son équipe, un groupe de 38 clubs et 4 groupements d’intérêt (le G42)  a introduit à la Fédération, le 29 janvier 2017, une demande de convocation d’une Assemblée générale extraordinaire. Il n’en fallait pas plus pour faire monter le mercure dans le ciel du football ivoirien. Etant donné que la FIF a contre-attaqué. Dans un premier temps, la « Maison de verre » a exigé les copies originales des mandats signés par chacun des 42 pétitionnaires. Ensuite, elle a pondu, mercredi, un communiqué, stipulant le retrait de quatre membres signataires de la liste initiale des insurgés. Un communiqué controversé qui intervenait plus de deux semaines après le dépôt de la saisine et un jour avant l’arrivée de l’émissaire de la FIFA en Côte d’Ivoire.

Mesengo-Omba: « Je vais rendre compte au Président de la FIFA »

En effet, alors que chaque observateur y allait de son commentaire ou interprétation juridique sur cette  réaction de la Fédération, la FIFA a pris ses quartiers à Abidjan jeudi 11 janvier. En provenance du Mali, M. Veron Mesango Omba, Directeur du développement Afrique, est venu pour, non seulement, se rendre compte de l'avancée des projets FIFA (terrains synthétiques Abobo et Yopougon) mais, également, s’enquérir des fondements et de l’ampleur de la crise ivoiro-ivoirienne, qui traîne en longueur.
Il n’a pas perdu de temps. Aussitôt arrivé, l'expert congolais s’est entretenu avec le Comité exécutif de la Fédération au siège de l’institution sis à Abidjan-Treichville. Rien n’a filtré de cette rencontre. Il a enchaîné, dans la soirée, avec le groupe des 42 (ou 38 ?). Avant de faire une brève - mais importante - adresse à la presse, ce vendredi. « Il n’y a pas de conflit en Côte d’Ivoire. Je ne viens pas régler des conflits de personnes. Il faut que nous soyons clairs là-dessus. Je suis venu faire une séance de travail avec la Fédération parce qu’il y a un projet en cours d’exécution ici. Je suis, également, venu entendre les personnes qui ont saisi la FIFA et la Fédération sur les problèmes soulevés par ces personnes. Je vais rendre compte au Président de la FIFA, à mon retour à Genève », a-t-il annoncé, lors d’un point presse. 
Une information qui va, certainement, faire retomber la pression. 

MARTIAL GALE (AFI)
ABIDJAN, le 12 janvier 2018

Toutes les actualités
FIFPro Fédération Ivoirienne de football Aequalia BACI STAMVIE DPPI Compagnie Ivoirienne d'électricité